Attrapez Vos Rêves

Inspirer – Vibrer – Rayonner

Catégorie : Blog

Attraper ses rêves, c’est…

Attraper ses rêves, c’est laisser émerger le meilleur en Soi, pour l’offrir à l’extérieur.
C’est offrir cette pépite vibrante, lumineuse, qui peine parfois à irradier, étouffée par les voiles et les barrières de la peur.
Le chemin vers ce paradis que nous portons tous en nous, c’est d’ouvrir notre cœur.
Ouvrir notre cœur, c’est oser être Soi, dans toute notre beauté, dans toute notre

splendeur, pour irradier le monde qui nous entoure.
C’est toucher ce silence intérieur de notre divine humanité, cet espace où la dualité

ne fait plus qu’un, où les polarités deviennent complémentaires plutôt qu’opposées.
C’est sentir la totalité des énergies en présence, sans jugement, sans chercher à ce que l’une domine les autres.
C’est changer son regard sur le monde, en voyant de la richesse dans les différences, en faisant des tensions une voie d’évolution collective.
C’est cesser de lutter désespérément.
C’est souhaiter le bonheur pour tous, profondément.
C’est planter nos racines dans le beau, la bienveillance, l’Amour et la Gratitude, pour que les fruits que nous portons aient le goût de la Vie et de la Joie retrouvées.

Audrey Barat

Moi, un leader? Ca va pas non !

Que ce que vous ne voulez pas être ne vous empêche pas d’être qui vous êtes.

Avoir du leadership, de l’influence…

J’ai longtemps rejeté ces termes, tout en ressentant une certaine attraction. Comme un pêché inavouable, un truc excitant, mais interdit. J’ai toujours admiré des personnes (plus ou moins) connues, reconnues, ces orateurs captivants, des hommes et femmes d’action qui créent de si belles choses. Les artistes aussi. Toutes ces personnes qui rayonnent, et diffusent une énergie d’expansion et de joie. Je me suis nourrie des nombreux textes, musiques, discours, interviews de gens influents, de leaders qui me font vibrer.

Et j’ai aussi été très critique envers ceux que je considérais comme des leaders « sans consistance », et qui (selon moi), diffusaient des idées et une énergie sombre et aliénante, en parlant des mêmes sujets que les personnes qui m’inspirent.

Où est le problème vous demandez-vous peut-être ? Et bien c’est que ce tiraillement intérieur m’empêchait tout simplement de laisser mon élan de vie, mon propre « leadership personnel » de s’exprimer. Parce que j’avais peur de créer plus de mal que de bien en exprimant ce que je suis.

Jusqu’au jour où j’ai compris que je regardais simplement les 2 faces d’une même pièce. Et que la face « sombre », celle qui me déplaisait, me montrait en fait ce que je ne voulais pas être. Et que l’autre face m’indiquait ce que je pourrais être, si je cessais d’avoir peur de moi-même, et du jugement des autres.

Alors où êtes vous tiraillés dans vos vies ? Qu’est ce qui vous attire et vous repousse en même temps?

Que pourriez vous incarner sur cette Terre, que vous vous refusez par peur de qui vous êtes?

Que ce que vous ne voulez pas être ne vous empêche pas d’être qui vous êtes.

 

Mon image et moi…

Quelle image as-tu de toi, que tu cherches à tout prix à maintenir, et qui t’empêche d’accéder à toutes les possibilités que l’Univers désespère de t’offrir?

Je me suis réveillée ce matin, en réalisant que je maintenais moi-même mes rêves en prison…

Dès qu’un semblant de vibration m’attire vers un projet, une situation, une personne, un lieu, les barreaux s’activent, et ils ressemblent à ça :

1- « Oui mais » (ça ne va pas marcher pour moi, c’est pas assez ci, pas assez ça…). J’utilise tout un tas d’arguments pour jeter la défiance et entretenir la méfiance sur tout ce qui pourrait être une opportunité…

2- « Ca ne me correspond pas » : cela suppose donc que j’ai une image précise de ce que je suis, et que certaines choses rentrent dans le cadre, et d’autres non. Et que bien sûr, ce cadre est le fruit de ma construction psychique et émotionnelle, comprenez de toutes les stratégies que j’ai mis en place pour maintenir ma survie depuis que je suis née. Comprenez donc que ce cadre est fait à partir des croyances que je me suis forgée sur la vie, certaines étant aidantes, d’autres étant limitantes, comme on dit en PNL. Mais qu’elles soient aidantes ou limitantes, mes croyances sont quand même des limites, des barrières entre moi e

t le monde (je vous laisse quelques secondes, minutes, siècles pour méditer là-dessus 😉 ).

3- « Ca n’est pas dans mes valeurs ». LE piège absolu pour moi en ce moment. Celui où tu crois que tu es un être limité par des valeurs avec des critères bien précis, qui divisent le monde en 2 camps : bien vs mal. Alors oui, les valeurs, c’est important. Mais le souci avec ce terme, c’est quand elles deviennent le prisme à travers lequel tu juges tout ce qui t’entoure. Chacun ayant bien sûr un point de vue différent sur ce qui rentre dans le champ de la valeur en question. Ca ne rend pas les choses bien faciles.

Ex : Bienveillance. Tout le monde est ok pour dire que c’est une valeur importante, non? Si oui, où commence et où s’arrête la bienveillance? Est-ce que je manque de bienveillance en levant la voix sur cet enfant (mon fils, ma fille, celui de mes amis) qui crie à table et me file la migraine? Selon les personnes, oui (il faut parler avec douceur, expliquer gentiment les choses, ne pas s’énerver), selon d’autres non (on va pas tout le temps se laisser envahir par les gosses quand même, si ?). #jecaricatureunchouya

Et si donc on se levait le matin en se défaisant de tout ce que l’on croit être nous,

pour expérimenter tout ce qu’on croit ne pas pouvoir être? Et voir ce que ça fait? Sans jugement, sans attentes, juste dans la joie enfantine de vivre l’expérience ?

 

Danse avec la Vie

,Du haut des cimes, elle contemple. L’horizon s’étend sous ses yeux.

Aussi loin qu’elle regarde, elle ne voit qu’une vaste étendue brune, verte, ocre et cette drôle de langue bleue qui s’étire et ondule.

La poussière s’élève, battue par les sabots des troupeaux qui foulent cette terre depuis des temps immémoriaux.

Elle contemple.

Elle ferme les yeux, et ressent le battement de la Terre qui vibre sous ses pieds.kbt601qshuc-joseph-argus

Lire la suite

La Terre gronde

J’ai peur.

2kwvb4wkm-4-joshua-k-jacksonJe sens la pulsion de dire, d’exprimer, mais j’ai une peur bleue de me montrer, de m’exposer. Ça bouillonne à l’intérieur, je le sens, c’est confus, c’est contenu, c’est agité.

Mais j’ai peur de ce bouillonnement qui est moi, j’ai peur de ce qu’il est, de ce qu’il provoque.

Alors, pour éviter son courroux, je m’incline, je me recroqueville, je me tais.

Je fais taire celle que je suis, pour le laisser en paix.

Lire la suite

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén